Quelle est différence entre le livret A et le LDD ?

Le langage bancaire n’est pas toujours facile à comprendre et prête facilement à confusion. Par exemple, quelle est la différence entre le livret A et le LDD ? A priori, ce sont deux livrets d’épargne défiscalisés. De surcroît, leur taux de rémunération est identique ! Pour autant, ce sont bel et bien deux produits bancaires distincts et avant de choisir l’un ou l’autre, il est important de comprendre de quoi il s’agit. Dans cet article, nous faisons le point !

Livret A et LDD, LDDS : pourquoi sont-ils souvent confondus ?

Avant de nous pencher sur la différence entre le Livret A et le LDD, voyons d’abord à quoi est dû cette confusion si courante. Vous allez voir que c’est totalement justifié ! Il faut aussi préciser qu’en réalité depuis 2016 le LDD est devenu le LDDS. Mais pour des raisons de commodités, nous continuerons avec le terme LDD, qui reste le plus utilisé dans le langage courant.

Différence entre livret A et LDD

Ce sont deux livrets d’épargne défiscalisés.

Premier point commun dont tout le monde est conscient : le livret A, tout comme le LDD, sont deux formes d’épargne exonérées d’impôts et de prélèvements obligatoires. Ils jouissent en effet touts les deux d’une fiscalité dérogatoire. Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ? Et bien que les intérêts que vous percevrez au 31 Décembre de chaque année ne seront soumis à aucun de ces prélèvements :

  • Prélèvements sociaux ou contributions sociales. C’est à dire la contribution au remboursement de la dette sociale, la contribution sociale généralisée, la contribution additionnelle pour l’autonomie ; et enfin, le prélèvement de solidarité. Pour information, les autres formes d’épargne qui sont soumises aux prélèvements sociaux sont prélevés d’un pourcentage de 17,2%.
  • Imposition sur le revenu. En effet, les intérêts perçus sur l’épargne d’un livret A ou d’un LDD ne sont pas considérés comme source de revenus à proprement parler. Vous n’êtes donc pas tenu de les déclarer. Notez que certains intérêts issus de placements seront prélevés à hauteur de 12,8 %.
  • Prélèvement Forfaitaire Libératoire, plus connu sous le sigle PFL. Il concerne les contribuables qui souhaitent remplacer l’impôt sur le revenu à barème progressif par un prélèvement forfaitaire qui dépend du placement en lui-même.
  • Prélèvement forfaitaire unique, ou PFU. Ce type de prélèvement ne s’applique bien évidement pas, puisqu’il s’agit de la somme des prélèvements sociaux (17,2%) et de l’imposition sur le revenu (12,8%). Ainsi, les épargnes fiscalisées seront prélevées à hauteur de 30%.

Pour information, le Livret A et le LDD ne sont pas les seules formes d’épargne exonérées de ces prélèvement. En effet le Livret d’Epargne Populaire (LEP) ainsi que le Livret Jeune le sont également.

Proposés par les mêmes acteurs financiers.

Le livret A et le LDD sont deux produits financiers que vous trouverez chez toutes les banques. Qu’il s’agisse d’une banque traditionnelle comme le Crédit Agricole, le BNP Paribas. Ou de leur banque en ligne respective : BforBank (lire notre avis BforBank), Hello Bank (lire notre avis sur Hello Bank).

Par contre, aucune néobanque n’est autorisée à proposer ce type de produit financier. Par exemple, Orange Bank (lire notre avis sur Orange Bank) ne propose ni de livret A ni de LDD. En effet,dans ce cas il s’agit d’un établissement de paiement, on parle également de compte sans banque. C’est à dire qu’il n’a pas de licence bancaire et ne peut donc proposer que certains produits.

Livret A et LDD : même taux de rémunération.

Voici à présent le point commun le plus subtile de tous. Celui qui laisse entendre qu’il n’y a aucune différence entre le livret A le LDD. A savoir : le taux de rémunération. Convenons que c’est aussi celui qui nous importe le plus en général ! Comme vous le savez, tout comme les taux d’intérêt dans le cadre des crédits, les taux de rémunération sont fixés par l’Etat.

Livret A et LDD : même chose ?

Le gouvernement prend en compte plusieurs facteurs dont le but est de déterminer le taux idéal. C’est à dire celui qui favorisera le pouvoir d’achat :

  • Les taux monétaires à court terme : calculés sur la base de l’EONIA (Euro OverNight Index Average). Il s’agit simplement du taux d’intérêt appliqués entre les banques au sein de la zone euro.
  • L’inflation annuelle : calculée sur la base du PIB (Produit Intérieur Brut) national.

L’Etat ne manquera pas de consulter également la Banque de France. Justement dans le but de fixer un taux de rémunération favorable. A ce titre, il pourra ainsi bonifier le taux de rémunération de 0.25% supplémentaire si nécessaire. De ce fait, le taux de rémunération pour l’année en cour est de 0.75%. Que ce soit pour le livret A ou pour le LDD. Par ailleurs, il est maintenu stable sur une période de 2 ans dans les deux cas.

A noter qu’à partir de Février 2020, une nouvelle formule de calcul devait être appliquée. Etant donné le contexte actuel de pandémie, son application a été repoussée. Mais la prochaine révision du taux de rémunération ne profitera pas de son traditionnel bonus de 0,25%. En d’autres termes, il passera de 0,75% à 0,50%. Encore une fois, cela concerne aussi bien le livret A que le LDD.

Calcul des d’intérêts d’un livret A et d’un LDD.

Comme vous-vous en doutez peut-être, les d’intérêts de ces deux livrets se calculent de la même manière. C’est à dire que la base de la quinzaine civile : du 1er au 15 et du 16 au 31. Autrement dit :

  • Du 1er au 15 du mois : les dépôts produisent des intérêts jusqu’au 16. Et les retraits cessent de produire des intérêts jusqu’au premier jour du prochain mois.
  • Du 16 au 31 du mois : les dépôts produisent des intérêts jusqu’au 1er du prochain mois. Les retraits cessent de produire des intérêts jusqu’au 15 du mois en cours.

Bien entendu, le taux de rémunération à prendre en compte dans le calcul des intérêts dépend de votre banque. Celui-ci ne sera jamais inférieur à 0.75% (en tout cas jusqu’à la prochaine révision), mais il peut et sera supérieur.

Quelle est la différence entre le Livret A et le LDD, LDDS ?

Nous venons de citer tous les points communs. Nous allons à présent voir qu’elle est la différence entre un Livret A et le LDD. En réalité, il conviendrait plutôt de parler au pluriel ! Ces deux produits financiers sont bels et bien différents !

Allocation des fonds : la principale différence entre le Livret A et le LDD.

Comme vous le savez sûrement, à part les banques, le gouvernement collecte également une partie de l’épargne. Plus précisément, c’est la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC) qui est chargée de financer les dépenses d’intérêt général via une partie du livret A et du LDD.

La collecte par la CDC du Livret A est assignée aux logements sociaux ainsi qu’a la politique de la ville. Concrètement, près de 60% de ces fonds permettent de financer la construction de HLM via la constitution de fonds d’épargne. Les 40% restés dans les comptes de banque quand à eux, sont attribués aux PME.

A sa création, le LDD (qui s’appelait alors Codevi : Compte pour le Développement Industriel) était destiné aux TPE ainsi qu’aux PME. A l’époque déjà, la collecte de la CDC représentait s’effectuait à hauteur de 50%. En 2007, le Codevi est rebaptisé LDD et ses fonds servent à présent au financement de projets de développement durable. D’où son nom : Livret Développement Durable.

Pour nous consommateur, ces aspects ne change pas grand chose au bout du compte. En réalité, c’est justement ce qui fait toute la différence entre Livret A et LDD !

Les conditions d’ouverture.

L’allocation des fonds du livret A et du LDD ne fait peut-être pas la différence à l’heure de choisir entre l’un ou l’autre. En revanche les conditions d’ouverture sont déterminantes. Comme vous allez le voir, ces deux produits banquiers ne s’adressent pas exactement aux même personnes.

Différence et ressemblances entre livre A et LDD
  • Pour ouvrir un LDD, il faut être majeur et avoir élu domicile fiscal en France. Le versement minimum à l’ouverture du compte n’est pas fixé, cela va dépendre de chaque banque. Néanmoins la plupart du temps il faudra déposer au moins 15 euros.
  • En ce qui concerne le livret A, les conditions d’ouvertures sont encore plus flexibles. En effet, un mineur peut en ouvrir un. D’ailleurs beaucoup de parents choisissent d’ouvrir un livret A à la naissance de leur bébé. Il en va de même pour le domicile fiscale : aucune obligation d’être domicilié en France. Le versement minimum quant à lui est de 10 euros minimum. Pour information, sachez que la Banque Postale, en vertu de la loi de modernisation de l’économie 2008, est tenue d’offrir un service minium. Elle a pour obligation d’accepter l’ouverture d’un livret A à toute personne qui en fait la demande. Par ailleurs dans ce cas, le dépôt initiale n’est que de 1,50 euros.

Dans un cas comme dans l’autre, l’encours minimal pour éviter la clôture du compte est identique au versement initial. D’ailleurs pour clôturer un livret A ou un LDD, il suffit d’adresser une lettre type à sa banque. Notez qu’une personne ne peut ouvrir qu’un seul Livret A et un seul LDD à son nom.

Le plafond.

Dernière différence notable entre le livret A et le LDD : le montant maximal que vous pourrez épargner. Depuis 2013, les plafonds de ses deux livrets s’élèvent à :

  • 22 950 euros pour un livret A.
  • 12 000 euros pour un LDD.

Comme vous pouvez le constater, la différence entre le plafond du livret A et celui du LDD est énorme. Pratiquement du quitte au double. Cela s’explique notamment par l’allocation des fonds. Comme nous l’avons vu toute à l’heure, les fonds collectés par la CDC du livret A sont alloués aux fonds d’épargne pour le logement social.

Différence entre livret A et LDD : ce qu’il faut retenir…

Beaucoup de choses ont été dites ! En guise de conclusion nous allons donc procéder à un petit récapitulatif.

  • La principale différence entre livret A et LDD est l’allocation des fonds. L’un est attribué à la construction de logements sociaux, l’autres à des projets de développement durable.
  • Tout le monde peut ouvrir un livret A, même un mineur où une personne dont le domicile fiscale n’est pas établit en France.
  • Pour ouvrir un LDD, il faut être majeur et prouver sa domiciliation fiscale en France.
  • Vous pourrez mettre jusqu’à 22 950 euros sur un livret A. Tandis que le plafond du LDD est de 12 000 euros.

Sur tous les autres aspects caractéristiques d’un compte épargne, ces deux livrets sont strictement identiques :

  • Vous pourrez les ouvrir chez n’importe quelle banque traditionnelle ou banque en ligne.
  • Le taux de rémunération est exactement le même et fixé par le gouvernement. Son seuil minimum est actuellement de 0,75% mais il devrait passer à 0,50% très prochainement au cours de l’année 2020.
  • Le calcul des intérêts perçus se fait exactement de la même manière.
  • Et bien sûr, aspect très important : ces deux livrets sont exonérés d’impôts !

Voilà, vous avez à présent toutes les clés en main pour choisir entre le livret A et le LDD.